Vos Infos
 

Des idées de balades sur les cœurs de Nature du Var

  • LA CASCADE / SILLANS-LA-CASCADE

Sillonner Sillans, du moulin au jardin de la Marquise, de la plagette aux anciens murs de tuf…

Le Cœur de Nature de Sillans la Cascade est un site varié de 400 hectares, au cœur d’un environnement forestier. Il offre une perspective exceptionnelle sur la Cascade, monument naturel spectaculaire accessible depuis la rive droite et visible depuis le point de vue panoramique aménagé sur le sentier principal. L’ancien jardin de la Marquise, le mur de roches travertins ou tufs calcaire, la chapelle Saint-Laurent ainsi que les vestiges du moulin sont également à découvrir.

  • LE LACHENS / MONS

Anciens skieurs, jeunes baroudeurs apprécient la majesté de ce site au panorama exceptionnel, original en son pays varois et ouvert sur le monde alpin.

Le Cœur de Nature du Mont Lachens est un site de 41,7 hectares unique en son genre dans le Var. Le sommet de ce massif naturel est le point culminant du département du Var, d’où son surnom affectueux de « toit du Var ». Il offre, au milieu de grandes variétés écologiques, un habitat rare dans le Var : les pelouses steppiques, vastes plaines herbeuses semi-arides. Enfin, de l’aspect paysager, il représente un point de vue sensationnel : ses vues panoramiques sur les massifs environnants sont exceptionnelles.

  • LE VALLON SOURN / CHATEAUVERT – CORRENS

Les gorges encaissées du Vallon Sourn regorgent de grandes richesses tant naturelles que paysagères : papillons, serpents, chauves-souris et chamois cohabitent dans les deux prairies et les forêts environnantes, humides ou sèches.

Le Cœur de Nature du Vallon Sourn est un site d’environ 220 hectares qui, bien que situé en milieu méditerranéen, présente une morphologie variée. Il est composé d’une gorge bordée de nombreuses falaises, traversées par l’Argens et surplombées de deux plateaux calcaires. Cet espace permet la juxtaposition de milieux très différents, et donc une très grande diversité des formes animales et végétales. Cela constitue la plus grande richesse de ce site à très forte valeur patrimoniale.

  • LE ROCHER / ROQUEBRUNE-SUR-ARGENS

Brune ou blonde, roche ou sable, la silhouette escarpée qui se devine à l’horizon est une belle indienne, tout droit sortie d’un western.

Le Cœur de Nature du Rocher de Roquebrune est un espace naturel de 161 hectares entourant le site classé monument naturel du Rocher. Le Rocher emblématique est une formation géologique particulière, façonnée au gré des mouvements tectoniques et sismiques. Il est composé de diverses roches sédimentaires métamorphisées provenant de l’érosion du massif des Maures et des laves volcaniques de l’Estérel. Le patrimoine naturel y est très diversifié : yeuseraie, suberaie, ripisylve de l’Argens, falaises, milieux ouverts… Il offre des lectures de paysages très intéressantes.
Les chênaies sont des forêts de chênes. Selon l’espèce de chênes, on distingue :
- la yeuseraie, ou yeusaie, plantée de chênes verts
- la suberaie, plantée de chênes-lièges
- la rouvraie, plantée de chênes rouvres.

  • CASTILLON / LE CASTELLET

Au sein d’une mosaïque de paysages, les yeux sont, d’un côté, éblouis par cet horizon où se confondent ciel et mer ; de l’autre, par la majesté de la Sainte Baume.

Le Cœur de Nature du Castillon est un espace naturel boisé de 787 hectares. Après les violents incendies de 2000 et 2001, il donne aujourd’hui l’image d’un coteau et d’un plateau en reconstruction. Idéalement situé entre littoral et Sainte-Baume, de reliefs marqués, il offre des perspectives paysagères magnifiques. Ceci est d’autant plus vrai que le site présente une mosaïque de milieux très représentative des paysages varois. Il recèle une faune et une flore variées et nombreuses, dont une dizaine d’espèces d’oiseaux protégées en Europe. Un grand projet agricole est en cours pour re-naturaliser le site avec des plantations forestières, des ouvertures servant de pare-feux naturels, des prairies réaménagées, des cultures…
Le projet permet d’allier environnement et agriculture. Il favorise la biodiversité, préserve les grands espaces agricoles, participe à la prévention des incendies, met en valeur le paysage, maintient les activités de régulation des espèces et facilite l’accès au public.

  • LE LATAY / SIGNES

Le Latay enchante par ses gorges suggérées à travers la végétation dense et verte, ses eaux cristallines et les vestiges de ses anciens moulins romains.

Le Cœur de Nature du Latay est un espace naturel de 50 hectares formant un vallon le long du ruisseau du Latay. Un canal artificiel suit le lit naturel du ruisseau capté en amont. Le cheminement en son long est une promenade bucolique agréable et tranquille. Les passages sous-bois, au milieu des pins et arbres d’essences diverses, laissent la place au fond du vallon à des terrains plus plats. Ils s’étendent de part et d’autre de la rivière, en nature de landes, de prés et de terres cultivables. La ruine du Haut Latay est le lieu idéal pour un pique-nique, à moins que vous ne préfériez les rochers faisant face à l’impressionnante cascade du Pont du Diable. Les ruines des deux moulins aux pierres taillées dans le tuf et alimentés par le canal constituent un patrimoine exceptionnel témoignant de l’activité du vallon d’autrefois.

  • VALLON DES CARMES / BARJOLS

L’esprit du lieu est contemplatif : la grotte des Carmes recèle de trésors mystiques, alors qu’au bas de la roche, les deux plages entourant les cascades sont sources d’émerveillement…

Le Cœur de Nature du Vallon des Carmes est un espace naturel de 31 hectares, véritable oasis de verdure et de fraîcheur façonnée par la présence de l’eau du Fauvery au cœur de la Provence verte. Deux grottes ont été aménagées au cours de l’histoire en chapelle troglodytique, en ermitage avec son jardin de buis, sa fontaine et son escalier de tuf et enfin, en couvent par l’Ordre des Frères Carmes Déchaussés. Ces grottes confèrent au lieu un grand intérêt patrimonial. Elles constituent un lieu-témoin d’une partie de l’histoire de Barjols, à la fois cultuelle, industrielle et sociale. Les anciennes tanneries ainsi que les restes de la première microcentrale en font un espace singulier, fragilisé par la fermeture de ces industries. Il a récemment été réhabilité par le Conseil général pour l’ouverture au public.

  • LES QUATRE FRERES / SIGNES

Laissez-vous guider par les messages de sensibilisation à l’environnement et au développement durable dispensés dans l’ancienne Bastide des Quatre Frères.

Le Cœur de Nature des Quatre-Frères est un espace naturel d’environ 380 hectares, à la limite du plateau de Siou-Blanc, au Beausset. Ce site recèle une richesse patrimoniale importante. L’ancienne bastide a été rénovée et transformée en Maison de la Nature destinée à recevoir le public autour d’animations dans une démarche d’éducation à l’environnement. Autour, les terrains ont été remis en état pour accueillir une activité agricole, champs d’oliviers et vignes sur 4 hectares, ainsi qu’un jardin paysager de 5000 m².

  • SAINT-BARTHELEMY / SALERNES

Havre de paix, lieu privilégié de pique-nique, avec une source rafraîchissante et des grottes emblématiques de l’âge permien.

Le Cœur de Nature de Saint-Barthélemy est un espace naturel de 192 hectares. Il tient son nom de la petite chapelle nichée sur une pointe rocheuse au cœur du site. Il est composé de deux collines calcaires boisées de pins d’Alep et de pins maritimes, reliées par un fond de vallon humide et frais où coule la Braque. Il présente les ruines d’un ancien habitat fortifié du néolithique dont l’origine reste énigmatique.
Il abrite un patrimoine culturel et historique remarquable avec la présence de cannibales de la Préhistoire notamment, ainsi qu’une diversité de milieux naturels et de paysages typiques du Haut-Var. Garrigues calcicoles, chênaie méditerranéenne et milieu aquatique, ainsi que ripisylve offrent une importante variété de faune et de flore. Les falaises et les grottes dans le fond du vallon donnent une atmosphère intimiste et sauvage, alors que le cours d’eau procure une sensation de fraîcheur agréable. Cependant, ce n’est pas le site le plus spectaculaire, là où la nature apparaît grandiose et unique. L’ambiance qui s’en dégage inspire plutôt l’imaginaire et le bien-être.

Les garrigues calcicoles sont caractéristiques des sols calcaires.

  • SIOU-BLANC / SIGNES

Randonner en nature sauvage, admirer les dolmens, pins et chênes, insectes divers et variés, avant de faire une halte à la bergerie.

Le Cœur de Nature de Siou-Blanc est un espace naturel de plus de 3000 hectares, ce qui en fait le premier Espace Naturel Sensible du Département en terme de superficie. Situé sur un plateau calcaire d’environ 10 000 hectares, ce site présente des milieux de vie très variés, des richesses faunistique et floristique importantes, la présence de pierres taillées, de nombreux avens (plus de 1 000 cavités dont l’accès s’ouvre dans le sol) …
Il possède un attachement affectif particulier du fait des activités spécifiques qui y sont pratiquées : randonnée, chasse, spéléologie, pique-niques du week-end…

  • FORET SECULAIRE DE LA SAINTE-BAUME / PLAN D’AUPS

Un lieu vibrant de spiritualité et d’évasion, mondialement connu.

Le Cœur de Nature de la Forêt Séculaire de la Sainte-Baume est un vaste espace naturel de 202,2 hectares. Il est situé sur le flanc nord du massif de la Sainte-Baume. A l’ombre de la muraille de calcaire de plus de 1 100m d’altitude, la forêt séculaire est d’une incroyable beauté. C’est une véritable forêt patrimoniale abritant une avifaune d'une rare diversité et une flore exceptionnelle : futaie de hêtres, taillis d’ifs et de chênes blancs, alisiers, érables, sorbiers, ormes, frênes et houx.

  • FORET DE MALPASSET / FREJUS – BAGNOLS – LES ADRETS

Une empreinte tragique imprègne les lieux : dans la forêt d’une luminosité particulière, les vestiges solennels de l’ancien barrage

Le Cœur de Nature de la Forêt de Malpasset est un espace boisé de 338,8 hectares qui présente un fort intérêt de mémoire. En effet, il a été le lieu d’une des plus grandes catastrophes civiles françaises : la rupture du barrage de Malpasset le 02 décembre 1959. Les ruines du barrage ainsi que les anciennes mines de fluorine et de barytine sont ainsi devenues un lieu d’excursion et d’éducation à la mémoire varoise et française. Le cours d’eau du Reyran en fait également un site important pour sa biodiversité à la fois végétale et animale.

  • GLACIERE PIVAUT / MAZAUGUES

Une promenade sur un platelage en bois flottant jusqu’à la glacière Pivaut qui garde les effluves fraîches de son passé artisanal

Le Cœur de Nature de la Glacière Pivaut de Mazaugues est un espace naturel de 5,7 hectares entourant l’ancienne glacière Gaudin dite Pivaut. La glacière artisanale de Mazaugues est représentative de l’ensemble des glacières de la Sainte-Baume, au nombre de 17 en activité du milieu du XVIIème siècle au début XXème. Ses bâtiments historiques ont été très bien conservés. On peut admirer la tour de stockage, les bassins de décantation et de congélation, les chemins de desserte, les murets de soutènement en pierre sèche, les restanques construites pour la retenue des eaux, ainsi que la conduite d’évacuation des eaux de fusion. L’acquisition par le Conseil général du Var en a facilité et amélioré l’accès au public, pour le plus grand plaisir de tous.

  • LE PLAN / LA GARDE - LE PRADET

Une promenade dans cet immense espace qui surprend par sa proximité avec l’agglomération toulonnaise et procure un sentiment de grandeur, de connexion avec la nature, d’émerveillement face à une biodiversité riche et variée

Le Cœur de Nature du Plan de La Garde-Le Pradet est une vaste plaine inondable d’environ 60 hectares. Elle a la particularité de présenter un faciès mixte fait de prairies pâturées au nord et de frênaie alluviale au sud. La présence de zones ouvertes et fermées ou encore humides puis arides augmente la biodiversité du site. Avec de nombreuses espèces protégées aux niveaux national et régional comme le Bellevalia trifoliata (cf. photo), l’espace regorge d’une très forte valeur patrimoniale liée à la présence de l’eau.
Protéger cette Zone Humide Remarquable (ZHR) est crucial : en effet, c’est l’une des dernières plaines côtières inondables de Méditerranée. Ainsi, le Conseil général offre à la nature la possibilité de reprendre ses droits sur la zone humide. Il souhaite, à terme, aboutir à la création d’un parc nature de près de 130 hectares, composé de jardins familiaux, d’une maison de la nature, d’un restaurant « bio », d’un nouveau spot de graphes destiné à perpétuer le patrimoine culturel et artistique du site.

  • MALASOQUE / LA VERDIERE

STOP ! Vous voilà bien dans les steppes varoises, avec ses chênes blancs, ses matorrals à genévriers et ses redoutables prédateurs herbivores tels le petit criquet hérisson qui vous barre le chemin !

Le Cœur de Nature de Malasoque est un espace naturel de 155 hectares composé d’une mosaïque de 5 milieux : pelouses steppiques, massif boisé de chênes blancs, matorrals à genévriers, pins mésogéens et milieux défrichés. Sa particularité est sa grande richesse écologique, liée à la stratégie d’adaptation des végétaux qui occupent le terrain selon la géologie. On note par exemple la présence de la scabieuse étoilée, espèce rare dans le Var, ou de l’œdicnème criard, oiseau migrateur protégé.

  • LES PRADELS / LA MOLE

Aux Pradels, un arboretum forestier suscite un intérêt contemplatif : il déploie ses remarquables essences exotiques du XIXème siècle

Le Cœur de Nature des Pradels à la Môle est un espace naturel de près de 290 hectares ouvrant sur la plaine de la Môle. Proche du littoral, il offre un dépaysement total ainsi qu’une variété de paysages des plus intéressantes : des reliefs contrastés, des zones humides, des espaces agricoles à la perspective visuelle impressionnante. Le visiteur prend plaisir à admirer les orchidées uniques qui le parsèment… A l’image de sa diversité paysagère, cette zone cristalline présente de nombreux milieux encore relativement bien préservés. Le grand ensemble forestier continu, le maquis, la ripisylve, les prairies et les friches abritent un grand nombre d’espèces protégées. L’espace accueille un arboretum, caractérisé par des curiosités botaniques pour la région, comme le chêne d’Amérique, le séquoia, le pin d'Espagne.

  • SAINT PIERRE / LE BOURGUET

La rumeur court que c’est ici que l’agent 007 venait se reposer entre deux missions…

Le Cœur de Nature de Saint-Pierre sur la commune du Bourguet est un espace naturel de plus de 240 hectares. Pour la petite histoire, il appartenait à l’acteur américain Sean Connery. Mais ce n’est certainement pas la raison principale de votre intérêt pour ce site. En effet, cet espace entouré de la forêt domaniale de la Faye et du marais de Font Fréyière, est enchanteur. Il se compose de trois parties : la zone humide, la prairie et la forêt. Le fameux marais de Font Freyières est perché au-dessus de la forêt de pins sylvestres, ce qui est surprenant d’un point de vue paysager. Le marais aussi bien que la forêt et la prairie présentent une faune et une flore exceptionnelles.

  • LA TOURAVELLE / LE REVEST

Aux portes de Toulon, la tour qui veille a pu assister de son œil bienveillant au développement d’une incroyable biodiversité sur les anciens domaines agricoles et les nombreuses restanques du vallon

Le Cœur de Nature de La Touravelle au Revest est un espace naturel paisible de 35 hectares situé à l’entrée de l’agglomération toulonnaise. Il procure un espace de détente très plaisant au sein des restanques d’oliviers aux très beaux murs en pierre sèche, du pré verdoyant, du vallon et de la garrigue. La grande diversité de milieux et habitats est propice à une biodiversité très riche. On y trouve notamment de nombreuses espèces protégées : certaines orchidées et les Lavatères maritimes, ou des oiseaux comme le Hibou Grand Duc et l’Aigle de Bonelli. L’unique couple du Var d’aigles de Bonelli y a établi son nid.
L’espace est aussi remarquable d’un point de vue paysager : il offre une mosaïque des milieux provençaux les plus caractéristiques. Il est doté d’un sentier agréable qui suit l’ancienne voie communale, d’une perspective incroyable sur le Mont Caume et le Mont Faron et d’une cavité extraordinaire dite « grotte de l’Espine »

  • FORET DE SIOUNET LES UBACS / COMPS

Sur l’ubac de Siounet, au milieu des hêtres, plane encore l’odeur des charbonnières, témoins fragiles d’un passé artisanal pas si lointain, que le Département fait occasionnellement revivre pour le plus grand plaisir de tous.

Le Cœur de Nature de Siounet les Ubacs est un espace naturel préalpin de plus de 150 hectares situé à l’entrée des Gorges du Verdon. Ses sols calcaires présentent un relief intéressant : vallonné, parfois accidenté, le site se termine en falaises aux extrémités nord et est de la forêt. D’une grande qualité écologique, il regorge d’essences forestières diverses, dont des chênes pubescents, des hêtres et des pins sylvestres, ainsi que du lys martagon dans la hêtraie. A noter également la présence de la couleuvre de Montpellier, espèce protégée en Europe. Sa géologie particulière, soulignée par sa doline typique du sol karstique, et sa charbonnière en font un site à voir absolument.