Votre Département

Comment préserver les paysages varois ?

 

Réalisation d'un plan paysage

Du Mont Lachens à la mer, en passant par les plaines calcaires ou cristallines des Maures, la qualité et la diversité des paysages sont la véritable image de marque du Var.

Le paysage n’est pas fixé, sa transformation s’est même accélérée depuis ces dernières décennies. Cette évolution est principalement liée aux activités humaines : déclin agricole et modification des pratiques culturales, pression démographique et urbaine…

L’idée de réaliser un plan de paysage a émergé comme une solution adéquate afin d’anticiper les mutations paysagères et de garantir la qualité du cadre de vie. Cela favorise également l’identité paysagère du territoire via la préservation et la valorisation de la biodiversité et des ressources naturelles.

Ce document de référence exprime un projet issu d’un consensus entre les différents acteurs : collectivités locales, représentants de l'Etat et autres partenaires… selon une vision de ce qu’est « leur » paysage, son devenir et son avenir. Pour le Conseil général, le paysage est ainsi un moyen fédérateur pour préserver le patrimoine et la biodiversité. Il est fondé sur les interactions que l’Homme a avec la nature, en particulier le besoin d’équilibre et la recherche d’harmonie, la beauté et le bien être.

A partir d’un premier plan effectué sur la Provence Verte, des fiches-conseil à destination des communes les informent en matière d’outils réglementaires pour préserver ou accompagner l’évolution du paysage. Elles portent sur des schémas de principe pour l’amélioration des espaces publics, et en particulier les entrées de ville, ainsi que des conseils pour les privés dans l’utilisation des matériaux, des végétaux…

Deux nouveaux plans de paysage sont en cours de réalisation : sur les territoires de Fayence et de Cœur du Var.
Le Conseil Général fait la promotion des paysages à travers ses Espaces Naturels Sensibles.

La Convention européenne du Paysage de Florence, en 2000, précise :
« le paysage désigne une partie de territoire telle que perçue par les populations, dont le caractère résulte de l’action de facteurs naturels et/ou humains et de leurs interrelations ».