Votre Département

La protection de la forêt

 
  • Les aides du Département

- L'aide à la restauration des terrains incendiés :
Le Département a fait réaliser en maîtrise d'ouvrage une étude qui a pour objet de proposer des travaux de gommage paysager et de lutte contre l'érosion des sols. Cette étude doit permettre d'obtenir une déclaration d'intérêt général autorisant la réalisation des travaux sur les propriétés concernées.
L'étude de restauration des terrains incendiés arrive à terme et se concrétise par des travaux réalisés par les communes et les particuliers. Ils concerneront les 500 ha les plus sensibles.


Le Conseil général intervient également dans :

- L'équipement en matériel de protection contre l'incendie :
Le Département poursuit l'attribution de bornes incendies et de barrières de fermeture contre l'incendie, aux communes qui en font la demande.
Le Service Départemental d'Incendie et de Secours du Var poursuit le programme de réimplantation des citernes pour les hélicoptères bombardiers d'eau.

- La surveillance des massifs forestiers :
Le dispositif de surveillance met en place des patrouilles de surveillance armée mais également des points hauts de surveillances (les Agus et le Mont-Caume).
Les patrouilles seront constituées par les écogardes du Conseil Général qui assurent des missions de sensibilisation du public et de prévention contre les incendies.

- La programmation des aides financières pour les travaux inscrits dans les Plans Intercommunaux de Débroussaillement et d'Aménagement Forestiers (PIDAF)
• aide aux investissements de la Défense des Forêts Contre l'Incendie (DFCI) :
Les atlas DFCI du Var sont disponibles pour tous les intervenants (forestiers, pompiers, maître d'ouvrage des infrastructures).
• aide à l'entretien des zones débroussaillées :
Le Département finance la réalisation des plans intercommunaux. Cette aide est importante car elle contribue au maintient en état des infrastructures DFCI.
• aide aux opérations sylvopastorales :
Le Département finance les communes et leurs groupements pour la réalisation d'opérations sylvopastorales.
A la suite du désengagement de l’État dans la promotion du pastoralisme en forêt, le Conseil Général a décidé de le compenser pour maintenir les opérations en cours voire les développer dans le cadre des Contrats d'Agriculture Durable.

  • La politique forestière

Le Conseil général souhaite mettre l'accent sur les infrastructures DFCI couvrant le département.

Le Département a redéfinit sa politique forestière avec les objectifs suivants :

- mieux accompagner les maîtres d'ouvrage des plans intercommunaux de débroussaillement et d'aménagement forestiers, par une démarche territoriale et contractualisée.

- mise en place d'une concertation institutionnelle efficace de l'ensemble des acteurs de la prévention et de la lutte (comité technique départemental) et sensibilisation des occupants de bâtiments de secteurs sensibles à l'incendie (comités de secteur).

- encourager une exploitation plus rationnelle de la ressource bois, la filière bois-énergie reste très importante.

- développer l'accueil du public dans le cadre d'un tourisme "doux" et compatible avec le milieu naturel.

  • Le débroussaillement :

Aux abords des routes départementales au travers des massifs forestiers :
Une superficie de 800 hectares est traitée.
Le Conseil Général est un acteur privilégié pour la définition des politiques à mener en matière de débroussaillement et la mise en œuvre d'actions concrètes.

Pour éviter que de telles catastrophes humaines ne se reproduisent, le département fera intervenir :
- l'unité de forestiers sapeurs de Pignans.
- l'unité de forestiers sapeurs de Brignoles.
- l'unité de forestiers sapeurs de Signes.
- des entreprises spécialisées dans le cadre de marchés publics passés après appel d'offres.

Aux abords des tours de vigies :
Il est réalisé par l'équipe de débroussaillement du Service Génie Civil de Draguignan pour les trois tours de vigies :
- Montjean sur la commune de La Môle
- Le Bessillon sur la commune de Pontevès
- Le Puy de la Sigue sur la commune d'Ampus

  • Création de comités de secteur sur les communes :

Qu'est-ce qu'un comité de secteur ?
Pour coordonner les différents acteurs locaux de la prévention et la lutte des feux de forêt, le Conseil général du Var initie la mise en place de comités de secteur auprès des communes : des outils de travail communs entre les différents services, associations et institutions en charge de la prévention et la lutte contre les incendies.

Plusieurs actions locales découleront de cette collaboration.
La démarche des comités de secteur, initiée par le Département en 2004, s'est mise en œuvre dans plus de 15 communes. Les échanges entre les partenaires au cours des réunions ont permis d'aborder et de mettre en commun les spécificités de chaque commune face au risque « feu de forêt ».

Cette collaboration tend à mieux coordonner toutes les actions et se traduit par la prise en compte des interventions de chacun des acteurs.

Le travail de recensement des habitations soumises au risque « feu de forêt » avec une qualification sur l'état du débroussaillement et la présence d'une réserve d'eau a été entrepris. Cet outil informatisé est indispensable dans la mise en œuvre des moyens d'autoprotection (motopompes). Cette connaissance des zones d'habitat cartographiée apporte une aide précieuse aux communes pour l'application de l'arrêté préfectoral et pour le déploiement des secours lors des interventions.

Où sont-ils ?
Des conventions de mise en œuvre ont été signées avec 56 communes depuis l'été 2005 pour formaliser les comités de secteur avec les communes de : Les Adrets de l'Estérel, Ampus, Le Beausset, Callian, Claviers, Collobrières, Evenos, Fréjus, Gonfaron, Le Luc, Les Mayons, Plan d'Aups, Pourrières, Sainte Maxime et Villecroze.
D'autres communes se sont déjà portées volontaires pour engager la démarche comité de secteur : Bormes les mimosas, Le Muy …..

Leurs objectifs :
Améliorer la protection des interfaces et la protection de l'habitat individuel :
- Aider à une meilleure application de la loi sur le débroussaillement autour des habitations.
- Diffuser au niveau local les messages de sécurité et de protection.

Aider à l'organisation et à la mise en place du dispositif d'autoprotection des zones habitées :
- Aider à répertorier au niveau de chaque commune les points sensibles, les moyens et les compétences, en vue de préparer l'intervention des équipes pour la protection de l'habitat individuel et le traitement des lisières.
- Aider les habitants des zones menacées par un incendie, notamment par un appui logistique des communes avec la fourniture de motopompes départementales.

Permettre de coordonner le rôle de chaque intervenant en prévention passive et en phase de lutte :
- Avoir un langage commun et une connaissance de tous les autres acteurs locaux, de leurs moyens et de leur compétence
- Aider à établir un ordre d'opération local recensant les moyens disponibles (matériels et humains).

  • Mise à disposition de motopompes départementales :

Pour renforcer les moyens d'autodéfense des habitations situées à proximité de la forêt, le Département a mis en place une politique d'acquisition de motopompes.
En complément du travail d'inventaire et de sensibilisation des habitants résidant en zone soumise au risque d'incendie réalisé en collaboration avec la commune et les organismes impliqués dans les comités de secteur, le Conseil général a prévu dès le mois de mai de mettre à disposition des communes ayant adhéré aux comités de secteur des motopompes.

Où sont-elles ?
Cet été, elles sont à la disposition des communes qui ont travaillé préalablement dans le cadre des comités de secteur.

Pour quels usages ?
L'été, elles pourront renforcer l'autodéfense des zones d'interface forêt/habitation.
En intersaison, elles seront utilisées pour des formations, de la sensibilisation et des démonstrations destinées aux Varois habitant dans des zones à risque et disposant d'une piscine.

  • Le sylvopastoralisme

Pourquoi utiliser l'agriculture en forêt ?

Le sylvopastoralisme contribue à la défense des forêts contre les incendies parce qu'il entretient les pare-feux.
L'élevage varois est constitué de 250 professionnels avec un cheptel de 54 000 brebis, 5 000 chèvres, 400 bovins, 3 000 équins.
Cet élevage est basé sur l'utilisation des sous-bois dans lesquels il puise 50 % de ses besoins en pâturage. La surface pâturée représente 100 000 hectares, soit 15 % du territoire départemental et 25 % des espaces naturels (bois, landes, friches).

Depuis 15 ans, dans le cadre de contrats agri-environnementaux passés avec l'Europe et l'État, les éleveurs
s'engagent dans l'entretien de grandes coupures de combustibles. 120 opérations sont menées dans le Var, sur 5 413 hectares de pare-feux. Une cinquantaine d'éleveurs sont en contrat avec la collectivité avec leur 21 000 brebis, 400 chèvres et 2 000 bovins et équins. Le surcoût engendré par ce pâturage en forêt (550 000 € par an) est pris en charge par la collectivité.

De plus, le Conseil général lance une opération de mise en exploitation agricole – vergers d'oliviers et vignes – de ses espaces naturels sensibles sur au total 84 hectares au Beausset et au Castellet.

  • La surveillance des massifs

Participation du Conseil général à l'évolution du dispositif de surveillance/guet armé conformément aux modalités arrêtées par M. le Préfet du Département du Var.

- Dans le cadre de l'évolution du dispositif de prévention, décidé à la suite des grands incendies de 2003 ayant pour but une meilleure coordination des intervenants de terrain et une meilleur efficacité du dispositif : la coordination des patrouilles mises en place par les CCFF se fera par un canal radio dédié à leur coordination et veillé au niveau départemental. La veille radio sera assurée par des agents du Conseil général du Var.
Deux saisonniers ont été recrutés pour cette mission.

- Renforcement du dispositif de patrouilles forestières de prévention du Conseil général par la création de 6 patrouilles supplémentaires et le recrutement de 20 saisonniers complétant les efforts fournis par les 75 forestiers sapeurs permanents.

- Le Conseil général met donc à disposition de la Préfecture 24 patrouilles forestières de prévention et 2 points hauts activés tous les jours pendant toute la saison à risques.

Financement du fonctionnement des patrouilles forestières de prévention de la DDAF avec un fonds de concours de 180 000 €.

- Le Conseil général du Var est un partenaire financier important pour les Comités Communaux Feux de Forêt (CCFF) : soutien à son association départementale, achat pour 2005 d'un véhicule de liaison pour la coordination des CCFF en cas d'incendie, aide à l'achat en équipement de véhicules, tenues et matériel radios pour les 141 comités communaux feux de forêts.