Votre Département

L’inventaire des zones humides

 

Une richesse écologique

Les zones humides ont subi une très forte régression au cours des siècles : elles étaient considérées comme des insalubres et sans intérêt. Aujourd’hui, leur richesse écologique est reconnue ainsi que leur intérêt économique et fonctionnel.

- Les zones humides retardent le ruissellement des eaux de pluies. Elles ralentissent le transfert des eaux superficielles vers l’aval du bassin versant. Elles «absorbent» momentanément l’excès d’eau puis le restitueront lors des périodes de sécheresse. C’est le principe de régulation des régimes hydrologiques.

- elles favorisent le dépôt de sédiments. Elles sont le siège de dégradations biochimiques, de désinfection, d’absorption et de dégradation, par les végétaux, des éléments nutritifs issus du bassin versant. C’est l’auto-épuration.

- pour de nombreuses espèces animales et végétales, elles assurent des fonctions d’habitats permanents, d’alimentation, de reproduction. Elles servent aussi de refuges. De nombreuses espèces remarquables et menacées vivent dans les zones humides. Ce sont des réservoirs biologiques.

- les zones humides sont utilisées en agriculture, aquaculture et pêche. Elles produisent des ressources naturelles.

- espaces de loisirs et paysages de qualité, elles sont le support de nombreuses activités touristiques et ludiques. Elles représentant un enjeu économique important au niveau des loisirs liés à l’eau, de la pêche, l’observation de la nature…

Toutefois, ces milieux sont encore souvent méconnus. En faire un inventaire constitue une première étape, indispensable pour mieux les conserver.
Se situant dans la continuité des actions menées à l’échelle :

- mondiale avec la convention de Ramsar, signée en 1971,
- nationale grâce à la loi sur l’Eau du 3 janvier 1992 qui a intégré les zones humides dans le patrimoine aquatique,
- du bassin Rhône Méditerranée,

Le Conseil départemental a réalisé l’inventaire des zones humides de l’ensemble du Var. Deux objectifs visés :

- Posséder un outil de sensibilisation, de décision et de gestion pour la sauvegarde de ces milieux exceptionnels
- Contribuer à produire des informations qui soient homogènes sur l’ensemble du bassin Rhône-Méditerranée.