Votre Département

L’alimentation en eau du Var

 

État des lieux

Le précédent schéma départemental des ressources et de l’alimentation en eau datant de 2006, il convenait de réactualiser ce document afin qu’il reste une référence. C’est chose faite avec le nouveau document présenté aux Elus du Département le 19 octobre 2012.

Ce document, à partir des données sur l’eau potable collectées auprès des communes, permet de :
- réactualiser l’état des lieux de l’alimentation en eau potable dans le département
- lister les points sensibles à l’échelle du département et les priorités d’action par territoire
- réactualiser l’enveloppe des dépenses à réaliser par les collectivités, qu’elles soient commune, EPCI ou Département, et par la société du canal de Provence.

Le schéma départemental des ressources et de l’alimentation en eau donne ainsi accès à de nombreuses données et informations telles que : le prix de l’eau, les modes de gestion du service de l'eau, les volumes produits et vendus, la qualité de l’eau distribuée, les performances des réseaux , les communes ou secteurs en déficit de ressources…

  • Les points sensibles de l’alimentation en eau potable du département

Depuis 2006, des opérations majeures ont été entreprises. Elles ont permis de sécuriser notamment les communes de l’est de Toulon, le syndicat d’Entraigues, le SIVOM de Callas et le canton de Fayence.
Cependant, les déficits de ressources en eau sur l’est varois et sur le golfe de Saint-Tropez ne sont pas résorbés du fait du retard pris dans la construction de la liaison Verdon/Saint-Cassien/Ste-Maxime. Par ailleurs, on assiste à l’émergence d’un nouveau secteur en difficulté : Draguignan et ses communes périphériques : Trans-en-Provence, Flayosc et les Arcs.

 

Sur le plan quantitatif toujours, l’état des lieux montre une tendance à la baisse des consommations d’eau depuis 2006 (210 litre/jour/habitant en été au lieu de 270 l/jour/habitant), mais une nette dégradation des rendements (rendement moyen de 70 % au lieu de 74 % dans le schéma de 2006).
En terme de qualité des eaux distribuées, la priorité est à donner au renouvellement des branchements en plomb avant le 25/12/2013, et à la protection des ressources en eau pour répondre aux exigences réglementaires.

  • Priorités d’actions à réaliser

Le document identifie des actions prioritaires à réaliser pour toutes les communes et territoires du département.

- La réalisation des travaux structurants portés par les syndicats et par le canal de Provence
La finalisation de la liaison Verdon/Saint-Cassien et de son extension jusqu’à Sainte-Maxime reste une priorité pour alimenter l’Est varois et le golfe de Saint-Tropez dont les ressource locales ne sont plus suffisantes. Cette eau du Verdon devra ensuite être traitée dans des unités de potabilisation qui représentent des investissement importants à réaliser pour les syndicats d’eau du Var Est et de la Corniche des Maures.

- La réalisation des schémas directeurs de l’alimentation en eau
Ces diagnostics plus précis réalisés à l’échelle communale permettent de définir précisément les investissements à réaliser par les communes pour qu’elles puissent les programmer dans le temps. C’est un document dont chaque communes devra obligatoirement être dotée d’ici le 1er janvier 2014.

- Le renouvellement continu des réseaux d’eau potable
La bonne qualité des réseaux d’eau est une priorité pour limiter les fuites sur les canalisations. Dans certains cas, selon l’état des réseaux, c’est jusqu’à la moitié des volumes prélevés qui repartent dans la nature via les fuites avant d’avoir pu être distribuée !

- L’audit et la réhabilitation des forages anciens, de plus de 15 ans
De nombreux forages du département datent des années 1990 ou avant. Ces ouvrages ne sont pas éternels et doivent être entretenus ou réhabilités. Faute d’entretien, un forage peut ne plus fonctionner ou produire une eau de mauvaise qualité.

- La protection réglementaire des captages d’eau
Les captages d’eau potable bénéficient normalement d’une déclaration d’utilisé publique (DUP) qui permet d’interdire certaines activités à proximité des ouvrages pour préserver la qualité de l’eau distribuée. Dans le Var, encore 30 % des captages restent à protéger grâce à cette procédure.

  • Montant des investissements à prévoir

Les dépenses prévisibles portées par les collectivités et par la société du canal de Provence sont de 491 millions d’euros à l’horizon 2020 :
- dont 306 millions d’euros HT à l’horizon 2015
- 38 % pour le renouvellement des réseaux (186 M€)
- 27 % pour le renforcement des réseaux syndicaux et du canal de Provence (133 M€)