Votre Département

La pêche maritime côtière

 

Qualité et fraîcheur de produits sauvages vendus en direct ou en circuit court

À la différence de départements voisins, la pêche traditionnelle subsiste dans notre département. L'appui du Conseil général aux structures professionnelles et aux infrastructures portuaires y a participé. Et si, comme l'agriculture, la filière a perdu de nombreux professionnels en 50 ans, la flotte se maintient depuis 5 ans. Elle compte 220 petits bateaux et fait vivre directement près de 450 personnes. Ses atouts ? La qualité et la fraîcheur de produits sauvages vendus en direct ou en circuit court. La transmission est cependant une problématique centrale si l'on veut que la filière perdure. Pour former les jeunes au métier, les pêcheurs ont initié un CAP-BEP à La Seyne-sur-mer.

Préparer l'avenir

La pêche professionnelle varoise compte 220 bateaux totalisant 11 000 Kwatts, soit 1,2 % de la flotte française. La flottille est constituée de petites unités (moins de 12 mètres) généralement armées pour un seul homme.
20 % des bateaux seulement ont un équipage. Cette spécificité tient à la topographie marine du Var dont le plateau continental, très étroit, empêche le chalutage.
Palangre, filet, ligne, casier ou gangui pour attraper les poissons de roche… : les pêcheurs varois, polyvalents, adaptent leurs techniques traditionnelles aux saisons et aux espèces.
Depuis les années 80, l'aquaculture s'est également développée. Sept éleveurs sont installés à La Seyne - la baie du Lazaret compte aussi quelques mytiliculteurs. Un est à Saint-Raphaël. Ils produisent en moyenne 200 tonnes de poissons par an : loups, dorades et quelques maigres. Deux fermes – parmi les premières d'Europe - sont estampillées Label rouge.

Gestion responsable

Créées à partir de 1859, les prud'homies sont des collectifs de pêcheurs spécifiquement méditerranéens. Elles gèrent et réglementent dans le Var 14 zones de pêche. Bien avant l'Europe, leur gestion autonome a permis de protéger la ressource halieutique locale. Les prud'homies varoises ont ainsi contribué à la charte de pêche professionnelle dans les eaux du Parc de Port-Cros, négocié une pêche autour de l'île du Levant, mis en place un cantonnement au Cap roux, intégré les zones Natura 2000… Elles font le lien entre les pêcheurs varois et le comité local des pêches du Var créé en 1979.

Du concret pour la pêche

Le plan de gestion du gangui mis en place avec l'appui du Conseil général a sauvé provisoirement une trentaine de bateaux condamnés par l'Union européenne. Dans ce cadre, l'Ifremer expérimente actuellement un gangui aux mailles "Eurocompatible". Particulièrement innovante, la certification des techniques de pêche varoises est une première au niveau des pratiques. Elle doit confirmer l'éthique des méthodes locales dans la gestion durable de la ressource

Futurs patrons-pêcheurs

Pour obtenir les diplômes et les connaissances indispensables pour se lancer, deux formations sont ouvertes dans le Var, à l'IPFM de La Seyne-sur-mer. Destinés aux jeunes de 16 à 25 ans, le CAP matelot pêche et le BEP maritime se déroulent en alternance : trois semaines sur l'eau avec un tuteur patron pêcheur et une semaine à l'école. Elles offrent au jeune un statut d'apprenti- salarié.