Votre Département
 

La figue AOC, la châtaigne et l’olivier

  • La figue varoise

De couleur pourpre à noire, légèrement aplatie, à chair rouge, juteuse et sucrée, la figue de Solliès est fêtée chaque année à la fin de l’été sur la commune de Solliès-Pont. Fraîches, en confitures, en fruits secs, en glaces ou en jus – qui, de plus, est bio – la figue est omniprésente et se décline au gré des envies. Les figues sont en forme de goutte écrasée, de couleur violette à noire nervurée. Elles sont denses, fermes et souples. Le réceptacle est fin, vert pâle, la pulpe est charnue, couleur confiture de fraise à nombreuses graines fines et beiges. Le nez est élégant, peu intense à notes végétales et fruitées de pastèque, melon blanc, fraise et autres fruits rouges. La bouche est pleine à l’équilibre caractéristique acidulé et sucré, craquante puis fondante, aux arômes intenses végétaux, fruités et à notes florales. La Violette de Solliès est le nom le plus communément utilisé pour désigner la Bourjassote noire.

La figue de Solliès, pour laquelle le Syndicat a obtenu une Appellation d’Origine Contrôlée en 2006, est une variété spécifique à l’aire de production. Le figuier y trouve en effet des conditions pédo-climatiques particulièrement propices à son développement notamment par l’absence de gel important et une hygrométrie moyenne. Parallèlement à ce milieu environnemental, le fruit et sa culture sont issus du savoir-faire des arboriculteurs qui ont maintenu et développé cette variété spécifique au niveau local.

 

  • La châtaigne du Var

La castanéiculture est une activité agricole ancestrale, nourricière. Préserver et valoriser les châtaigneraies varoises, élément patrimonial fort sur les plans paysagers, culturel et écologique, apporte une contribution importante à une meilleure protection des forêts contre les incendies. Relancer la production de châtaignes et explorer de nouveaux débouchés sont les objectifs affichés par le Département du Var. En effet, le Massif des Maures compte près de 2 500 ha de châtaigniers principalement répartis sur les communes de la Garde-Freinet, les Mayons, Pignans, Gonfaron.

La production varoise est de 200 à 300 tonnes (pour 10 000 tonnes en France). Elle est reconnue pour son excellente qualité gustative et vendue presque en totalité en fruits de bouche (châtaignes fraîches ou grillées). Le châtaignier est un arbre fruitier qui ne se développe que sur sol acide.

Châtaignes et marrons sont le fruit d’un même arbre. Le marron n’a pas de peau à l’intérieur et donc restera entier. C’est pour cela qu’on trouve l’appellation “marron” en confiserie.
La Maison du Châtaignier est située à Collobrières. Elle a pour vocation de promouvoir ce fruit et d’aider à la réhabilitation des châtaigniers du Massif des Maures.

 

  • L’olivier, un arbre emblématique

Le Var est le 3ème département français pour la culture des oliviers avec 13,7% de la production française et produit de 10 à 30% d’olives à huile de la production nationale. 143 communes produisent de l’huile d’olive sur les 153 communes varoises
La production est répartie sur 4700 hectares.
Le Var compte 43 moulins à huile, 18 coopératives, 20 moulins particuliers et 5 moulins communaux. Certains d'entre eux ont conservé une méthode traditionnelle d'extraction de l'huile, avec broyage des olives à la meule de pierre et pressurage de la pâte pour l'obtention de l'huile. D'autres utilisent des moyens plus modernes, comme "la chaine en continu" beaucoup plus productive. On compte aujourd’hui 32 variétés d’oliviers dans le Var.
Pour les olives à huile, les variétés principales sont : Le Cayon, les Caillets, les Ribiers, le Bouteillan, le Brun, l'Aglandau, le Salonenque.
Pour les olives de table on trouve : La Picholine, la Lucque, la Belgentiéroise.

La qualité de l’huile varoise a été reconnue en 2006 par l’obtention de l’AOC Huile de d’olive de Provence pour l’ensemble des terroirs de production du Var.